En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.

GeRTrUD

Présentation

Une grande partie de l’urbanisation nouvelle (habitat, activités économiques, etc.) se concentre aujourd’hui dans les espaces, plus ou moins denses et dispersés, situés en marge des grandes agglomérations urbaines. Nous qualifions ici ce phénomène d'urbanisation “diffuse”: le terme regroupe des cas aussi divers que la production de lotissements périurbains en périphérie des métropoles, l’implantation d’activités économiques loin des centres agglomérés, ou encore le développement de petites villes rurales situées entre deux agglomérations et soumises à la pression foncière, le renforcement des périphéries de villes moyennes en réseau, la transformation de terrains agricoles pour produire de l'habitat diffus ou des activités diverses, etc. Les formes spatiales peuvent être plus ou moins denses ou dispersées selon les situations, en particulier selon les pays : nous faisons l’hypothèse que les processus d’urbanisation de ces espaces, les jeux d’acteurs qui y participent et les modes de régulation des transformations se rejoignent et présentent des traits communs qu’il s’agit pour nous d’étudier.

L’urbanisation diffuse concentre les enjeux de production urbaine aujourd’hui, notamment concernant les objectifs de développement durable. Mais c’est aussi dans ces territoires aux franges des agglomérations que l’urbanisation est la plus difficile à contrôler et à organiser pour les acteurs publics, même si l’on y voit aujourd’hui émerger de nouvelles formes d’intervention publique. Notre recherche a pour objectifs de comprendre, à un niveau fin, les jeux d’acteurs qui travaillent la production de l’urbanisation diffuse ; d’étudier les difficultés que rencontrent les acteurs, en particulier publics, pour planifier, contrôler, gérer et gouverner la production de l’urbanisation dans ces situations ; de repérer les freins et les blocages ; et d’identifier les pratiques originales et innovantes, élaborées au cas par cas à partir des outils disponibles et des problèmes rencontrés, pour gérer au mieux ces espaces. Nos questions de recherche portent ainsi, entre autres, sur les effets de la fragmentation, à la fois sectorielle et territoriale, des démarches de planification ; de l’impact des différentes décisions individuelles, non planifiées et non décidées collectivement ; ou de l’influence des pratiques en marge des règles, sur le processus d’urbanisation sur les territoires en marges des agglomérations.

Équipe de recherche

Coordinateur scientifique : Joël Idt (maître de conférences à l’Université Gustave Eiffel et Lab’Urba)

Membres de l’équipe :

  • Michel Casteigts (professeur associé à l’Université de Pau)
  • Delphine Callen (maîtresse de conférence à l’Université Paris-Est Créteil et Lab’Urba)
  • Camille Le Bivic (ingénieure de recherche post-doctorante à l’Université Gustave Eiffel et Lab’Urba)
  • Romain Melot (directeur de recherche à l’INRAE AgroParisTech et UMR Sadapt)
  • Antoine Pauchon (ingénieur de recherche post-doctorant à l’Université Gustave Eiffel et Lab’Urba)
  • Nicolas Raimbault (maître de conférence à l’Université de Nantes et UMR ESO

Une recherche comparative et orientée vers les acteurs de l’urbanisme des territoires analysés

Nous engageons une analyse comparative des processus d’urbanisation diffuse et de la manière dont ils sont régulés, dans cinq régions urbaines transfrontalières à la France : Bayonne-San Sebastián, Genève, Lille, Luxembourg, Strasbourg.

Les situations transfrontalières constituent à la fois un cadre fécond de comparaison internationale des systèmes de planification, et aussi un moyen d’étudier les formes spécifiques de régulation de l’urbanisation diffuse qui se développent au sein d’une région urbaine franchissant les frontières. Les terrains correspondent à de grandes régions urbaines et présentent une variété de localisations de l’urbanisation “diffuse” (marges de grandes agglomérations, autour de villes petites ou moyennes, en franges plus rurales, etc.), de types de changement d’occupation des sols et de dynamique de développement (résidentielles, économiques, touristiques, etc.).

Le projet GeRTrUD repose sur 3 tâches successives sur 4 ans :
1.    Analyse rétrospective qualitative et quantitative des processus d’urbanisation diffuse sur les terrains choisis (à partir du premier semestre 2021)
2.    Analyse organisationnelle de l’action et des acteurs (à partir du deuxième semestre 2021)
3.    Groupes d’échanges et de pratiques entre professionnels et élus (à partir du deuxième semestre 2022)

Dans ces deux premières phases, l'objectif est d'étudier les processus d’urbanisation (données spatiales, interdépendances transfrontalières, systèmes locaux de planification, etc.), les stratégies des acteurs publics et privés qui sont confrontés à l’urbanisation diffuse ou qui y contribuent et la manière dont ils s’organisent pour agir. Nous visons à les décrire à la fois à un niveau macro à l’échelle des régions urbaines transfrontalières, qu’à travers des études de cas détaillées et approfondies à un niveau fin.
Les groupes d’échanges de pratiques ont notamment pour but de repérer ce qui pose concrètement problème pour la gestion et la régulation de l’urbanisation diffuse, et les solutions mises en œuvre par les acteurs pour y répondre. Le projet est de mettre en lumière les conditions de leur transférabilité entre les différents contextes.

Événements

  13 avril 2021 : Séminaire interne de l’équipe de recherche


Intervention de Garance Clément (post-doctorante) et Alexis Gumy (doctorant), chercheurs à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne.
L’intervention de Garance Clément et d’Alexis Gumy sera l’occasion d’interroger la spécificité́ des trajectoires résidentielles et des mobilités dans les territoires transfrontaliers pour questionner leur influence sur l’urbanisation diffuse et sur les dispositifs de gestion et de régulation à la fois locaux et internationaux.

Contacts

  joel.idt@univ-eiffel.fr (coordinateur scientifique)
  camille.le-bivic@univ-eiffel.fr (ingénieure de recherche post-doctorante)
  antoine.pauchon@univ-eiffel.fr (ingénieur de recherche post-doctorant)